vendredi 1 août 2014

Béatitude

De l'ombre surgira le mouvement d'un regard sacré vers toi, la nymphe voilée de nos bonnes intentions. Dans ta nuit sourde l'image fredonnée d'un vent léger danseur infatigable, le souffle au raz de la chair des femmes toujours prêt à dévoiler la boulimie rentrée de ces affichées vierges regards tournés vers le Bien, tête doucement inclinée vers les pensées du Dieu, mains jointes entres seins et ventre; là où court le frisson déraisonnable d'une chair qui s'ouvre à l'appétit du mâle.

 Et aux prières de l'esprit se mêlent les soupirs d'un chant à fleur de peau, silence bruyant où le psaume divin parcourt la surface d'une servante offerte à son seigneur. Et les prières divinement murmurées courent en caresses saintes au plus profond des lieux d'un corps qui doublement s'abandonne. Et la grâce faite sublimation s'introduit au cœur de la nef d'où remontent en respiration grégorienne la glorification d'un amour fait d'une femme pénétrée de dieu.

Et tu écoutes la ferveur croyante entre chair et spirituel invoquer dans ses élans le choc d'une parole divine qui se pare des vertiges d'une passion d'homme. Et dans ton ascèse de croyante au plus fort du jeûne et de la solitude se lève en toi l'ardeur étrange d'une apparition vibrante et dure outrageusement dévorante qui imprime dans ta voix le souffle de ce vent tourbillonnant au centre de ta foi.

©  texte propriété Joel Carayon