samedi 13 août 2016

Majeur

Je laisserai en arrière, de la poussière sur mon manteau, quelques larmes passagères dans la mémoire des proches, je laisserai un silence une pause, quelques balbutiements de poésie, je cohabiterai avec le désert.

Je disparaîtrai au dessert, entre la crème et la cerise sur le gâteau, parce qu'il faut bien faire mystérieux, quand on devient gâteux, je mettrai une fausse panthère et des griffes, monsieur, monsieur qui côtoyez ma mère dites lui que je pense à elle, monsieur monsieur qui côtoyez mon père dites lui… je laisserai en arrière mon majeur en l'air, face au monde des hommes.