mercredi 15 janvier 2014

Conspiration!

Mon bout de crise me traîne au bout de sa laisse et je grogne contre la racaille qui traverse mon trottoir de grisaille. Adroite elle me pousse à l’extrême, m’excite :

 je fouine, je renifle, je débusque le fautif, le furtif, le pousse-misère. Haineuse elle me guide, dénonce le complot, crie à la conspiration et j’adhère, j’aboie. Aveuglément je mords la chair qu’elle me désigne.

Les temps sont durs et nos bouts de crise se rassemblent. Bout à bout, ils dénoncent l’invisible rumeur qui partout s’étend, rampe, se ramifie, nous entoure, nous enveloppe, nous épuise, nous utilise, nous chrysalide. HARO, haro sur les maîtres taciturnes qui nous manipulent de l’ombre !
Nous attendrons devant notre niche la main qui nous caressera dans le sens de notre poil, la voix qui clamera ce que nous pensons tout bas, les yeux qui nous dévoileront ceux qui se nourrissent de notre malheur ! Car ils existent. Forcément ils existent ! Vincent les a rencontrés! 

©  texte propriété Joel Carayon