jeudi 21 novembre 2013

Fission crépusculaire

Quand le soleil abrasif distille la mer naît à la surface de l’onde une vapeur de lumière.
Alors dans ce flamboiement d’or le corps du mortel résonne des appels de la matière.
Et l’évidence du je se dissout, violemment irradiée en ce point de fusion où chacun de ses atomes se libère de sa contrainte de forme et participe à l’embrasement du monde.
Sérénité fugace éphémère.